COMPETENCE PLUS

Le leadership,une compétence incontournable

13 mai 2015 Posté par: Meryem LAHLOU 1 commentaire

Pour diriger une équipe, le leadership d’un manager est devenu essentiel au bon exercice de ses fonctions. Il permet d’acquérir une capacité, de gérer la hiérarchie ou d’aborder l’aspect participatif des échanges avec les équipes. Quelques pistes pour devenir ou dévoiler le côté «leader» en vous.

Être ou devenir leader ? Lorsqu’on est dirigeant d’entreprise, la question sur le leadership est centrale dans le sens où cela est indispensable pour diriger son équipe et conduire la réussite de l’entreprise. «Lorsque j’ai lancé mon entreprise, je n’avais ni la tête d’un entrepreneur ni les compétences pour gérer une équipe en leader. J’ai donc pris l’habitude de me renseigner, de lire et de participer à des formations». Si la question du leadership concerne en premier lieu le patron d’entreprise, il n’en demeure pas moins que les managers de la structure doivent également répondre à ce même impératif. Dans le monde de l’entreprise, le leadership devrait idéalement être réparti entre les différents membres d’une équipe, en fonction de leurs aptitudes, leurs motivations et leurs actions et ceci à différents moments au cours du déroulement d’un projet ou d’une mission. «Si nous devions le matérialiser en équation, le leadership serait une addition entre charisme, animation, motivation et management», explique Meryem Lahlou, DGA du cabinet Compétence plus. Dans les séminaires ou formations au Maroc, la plupart des participants ne parlent que de leadership «top-down» (du haut vers le bas), des difficultés à gérer la hiérarchie et du leader autocratique ou participatif, une formule courante dans les PME. D’autres formes de leadership coexistent bien sûr : le leadership «down-top» (du bas vers le haut), le «Lateral leadership» (vers ses confrères ou pairs), ou encore le «Self leadership» (leadership sur soi). Ce dernier est particulièrement intéressant surtout que la plupart des leaders évoquent leur solitude au niveau des prises de décision, ou encore dans les phases cruciales, voire difficiles, de conduite du changement pour leurs organisations. Les outils de la PNL (programmation neuro- linguistique), de la communication non verbale et de l’intelligence émotionnelle, peuvent être efficaces pour développer son leadership, ou encore pour passer du rôle de manager à celui de leader. Ce dernier est souvent une personne ordonnée qui consacre à son organisation une partie de sa vie et qui a compris que diriger c’est prendre un véritable engagement. L’art du leadership implique aussi d’acquérir un certain nombre de connaissances, de valeurs, de compétences et de comportements. Il est donc incontournable pour un leader de connaître ses propres capacités, connaissances et valeurs et d’avoir une idée claire sur la façon avec laquelle les membres de son équipe le perçoivent.


Point de vue

Meryem Lahlou
DGA du cabinet Compétence plus

Il est difficile de définir le leadership tant ses dimensions sont multiples. Il est également difficile de le transmettre ou de l’apprendre «d’un seul coup» car c’est une dynamique qui se pratique en continu avec des hommes différents et des situations à complexité variable. Forbes 2013 dressait un panorama intéressant des leaders d’aujourd’hui. On y trouvait de grands stratèges, des hommes d’État, des chefs d’entreprise, des leaders d’opinion et des religieux (le pape François). Beaucoup sont issus du monde des nouvelles technologies (Sergeï Brin & Larry Page pour Google), de la politique (Vladimir Poutine & Barack Obama), et quelques rares femmes sont présentes dans ce classement (Angela Merkel et Christine Lagarde pour le FMI). Le leadership organisationnel est une démarche qui favorise l’échange, la collaboration et la participation. C’est un art subtil de séduction et d’influence pour le top-management car il s’agit d’amener son cercle à accomplir des tâches volontairement, à inspirer le reste des collaborateurs pour consacrer leurs efforts à la réalisation de buts communs. Le leadership est une relation de confiance qui se prépare, se conquiert, s’entretient, se perd (éventuellement en cas d’erreurs, de mauvaise communication ou de promesses non tenues) et se reconquiert (ou se perd définitivement).

Source : www.lesecos.ma

 

 

Partager cette page :


  1. Aissatou dit :

    Merci pour ce bel article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

*