COMPETENCE PLUS

Leadership féminin, des atouts et des défis

7 mai 2015 Posté par: Meryem LAHLOU Aucun commentaire

Au Maroc, près de 12.000 femmes font partie des structures dirigeantes des entreprises, soit seulement 10% du nombre total des managers d’entreprises. Le leadership féminin se confirme dans différents domaines et la femme joue bien son rôle dans le développement socio-économique.

La femme marocaine accède de plus en plus massivement aux hauts postes de responsabilité au sein des grandes entreprises et crée sa propre entreprise dont elle assure la gestion. Elle a démontré sa capacité à manager des collaborateurs, à les fidéliser et à les mener à atteindre les objectifs de l’entreprise. Non pas par l’autorité, mais surtout par son leadership. La polyvalence, l’esprit d’équipe, le sens de l’écoute et du partage, entre autres qualités, sont des atouts qui permettent à la femme aujourd’hui de s’affirmer dans le management des équipes malgré les différents obstacles qu’elle rencontre au quotidien. Dans ce contexte, plusieurs questions se posent et s’imposent : quelles sont les spécificités du leadership féminin ? Y a-t-il des qualités particulières dont il faut faire preuve pour développer son leadership en tant que femme ? Pour tenter d’y répondre, Toulouse Business School (TBS) a retenu, pour sa quatrième conférence thématique, organisée récemment à Casablanca, comme thème : «Le leadership au féminin».

«On évolue dans une culture d’entreprise à dominance masculine, et pour qu’une femme réussisse et arrive à trouver sa place, il faut qu’elle ait une personnalité incroyablement forte et un soutien de son entourage», estime Carine Chevalier, directrice du projet «Wad3eyati Management Systems International» visant à améliorer les conditions d’accès et de maintien des femmes dans le milieu professionnel et particulièrement dans le secteur privé. Mme Chevalier souligne que les femmes rencontrent plusieurs difficultés, les discriminations à l’embauche, la différence au niveau des salaires, la non-affectation à certaines missions, etc. Évoquant la question du leadership, Rachida Soulaymani, directrice du Centre national de pharmacovigilance, a expliqué la différence entre le leadership transactionnel et celui transformationnel tout en soulignant que la femme appartient à la deuxième catégorie. En effet, la femme dispose de plusieurs atouts qui lui permettent de s’affirmer en tant que leader, notamment, sa polyvalence, son sens de l’organisation, son empathie et son art de fédérer, a-t-elle expliqué. Un constat confirmé au niveau mondial.

Les experts ont pu démontrer que sur les neuf comportements managériaux d’un bon leadership (influencer, motiver, impliquer les équipes, etc.) les femmes en pratiquent cinq contre quatre chez les hommes. Mais il existe aussi des freins qui empêchent toujours la femme de poursuivre son évolution en entreprise, notamment, la faiblesse de son réseau vu sa dispersion entre sa carrière professionnelle et ses engagements familiaux et également la «non-maitrise de sa générosité et de ses émotions», soutient Mme Soulaymani. Dans le même ordre d’idées, Rajaâ Kantaoui, directrice des affaires publiques à Sothema, a mis l’accent sur le fait que le leadership féminin est différent de celui de l’homme, mais la notion de la complémentarité s’impose comme facteur clé pour réussir et atteindre les objectifs de l’entreprise à moyen et long termes.

En partageant son expérience avec l’ensemble des invités, Fatiha Bennis, PDG de Maroclear et présidente de l’association Women’s Tribune, a fait savoir que la femme ne gère pas de la même façon que l’homme puisque celui-ci est dans le commandement alors que la femme est plutôt dans l’écoute et le partage. Dans une entreprise à culture masculine, la confiance en soi reste la seule issue pour la femme qui souhaite occuper des postes de responsabilité.

Chef d’entreprise, leader ou top manager, la femme impose son style de management et parvient à influencer la performance organisationnelle. Des efforts restent à déployer pour aider la femme à réussir en tant que leader en entreprise et réussir à assurer l’équilibre entre sa vie professionnelle et ses engagements familiaux.

Source : www.lematin.ma

Partager cette page :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

*